Femmes scientifiques : pourquoi sont-elles si peu nombreuses ?

La sous-représentativité des femmes en science est un problème de fond de notre société. En effet, des anciennes croyances au machisme moderne, les femmes sont inconsciemment découragées à poursuivre dans les domaines scientifiques dès leur passage à l’école. Même si les lignes bougent un peu, le ratio de jeunes filles qui poursuivent dans cette voie est encore faible. Pourquoi ? Je vous dis tout sur ce sujet !

Les femmes scientifiques et les stéréotypes

On le sait : les filles ont de meilleurs résultats à l’école que les garçons. Alors pourquoi sont-elles moins représentées dans le secteur scientifique ? Si le taux de filles en Terminale S est de 45%, seulement 30% de filles composent les classes d’études supérieures scientifiques et technologiques. Ce sont des chiffres en augmentation et plus élevés que par le passé mais l’évolution est encore très lente. Je vous conseille l’émission « Les femmes et la science, une vieille histoire de stéréotypes » disponible sur France Inter.

Les clichés et les stéréotypes ne sont pas étrangers à ce phénomène. Depuis toujours les femmes sont inconsciemment détournées de cette voie par des représentations schématiques et globalisantes auxquelles sont soumis les garçons et les filles dès leur plus jeune âge. N’avez-vous jamais entendu que le bac littéraire était réservé aux filles et le bac scientifique aux garçons ? Mais rien n’est perdu puisque des associations et des programmes viennent aux secours de la cause féminine.

Je vous recommande cette vidéo très intéressante sur les idées reçues :

Le programme International pour les Femmes et la Science

L’UNESCO et l’Oréal ont créé le programme « Pour les Femmes et la Science » afin de soutenir les femmes scientifiques de tous les continents à différents moments de leur parcours. L’objectif premier de ce programme est de distinguer et de soutenir les femmes scientifiques d’exception afin de les révéler au grand public.

Chaque année ce sont cinq prix qui sont attribués pour apporter de la visibilité à ces chercheuses et inspirer les jeunes générations. La 17ème remise de prix de la fondation s’est déroulée le 3 mars dernier et a récompensé cinq femmes dans cinq régions du monde :

  • En Afrique et dans les États Arabes : Professeur Rajaâ Cherkaoui El Moursli
  • En Asie-Pacifique : Professeur Yi Xie
  • En Europe : Professeur Dame Carol Robinson
  • En Amérique Latine : Professeur Thaisa Storchi Bergmann
  • En Amérique du Nord : Professeur Molly S. Shoichet

Si vous voulez en savoir plus sur les lauréates de cette année, je vous propose de consulter cette page. Depuis le début du programme, deux Lauréates du Prix L’Oréal-UNESCO ont reçu un prix Nobel. La fondation propose également des bourses de recherche pour soutenir la carrière de jeunes chercheuses. Je vous invite à vous rendre sur le site de la fondation L’Oréal.

Les femmes scientifiques sont trop rares, il faut que ça change !2

L’association Femmes & Sciences

La devise de l’association Femmes & Sciences est la suivante « Promouvoir les sciences et les techniques auprès des femmes, promouvoir les femmes dans les sciences et les techniques ». Elle vise donc à encourager les femmes à travailler dans ce secteur mais aussi à véhiculer une image positive de leurs carrières. C’est en 2000 qu’Huguette Delavault fonde l’association Femmes & Sciences ainsi que l’association Femmes & Mathématiques. Les principaux buts de cette association sont :

  • Promouvoir l’image de la femme scientifique
  • Renforcer le statut des femmes dans ce domaine d’activité et améliorer leurs conditions de travail et leurs perspectives de carrière
  • Être un lieu de rencontre pluridisciplinaire pour regrouper toutes ces femmes
  • Accumuler des connaissances sur la situation des femmes scientifiques et leurs carrières

L’association intervient dans le milieu scolaire mais aussi directement auprès des femmes avec des colloques. Engagée en politique, elle agit tant au niveau régional qu’international notamment grâce à des contacts privilégiés avec des associations européennes. Pour vous rendre sur le site de l’association, je vous donne ce lien.

Ces institutions sont nécessaires pour faire bouger les choses parce que même si des séries comme « Big Bang Theory » nous montrent des modèles de femmes scientifiques, je trouve qu’elles sont encore trop rares dans le paysage. Allez les filles, faites-le pour la science !

Avatar

J’ai 23 ans, toutes mes dents et le clavier collé aux doigts. Ici, je parle de tout ce qui me passe par la tête en espérant transmettre des choses sympas aux curieuses que vous êtes !