Couple : Comprendre la peur de l’engagement et la combattre

C’est une évidence, beaucoup de filles sont à la recherche d’une belle histoire d’amour qui les fasse rêver et qui leur fasse croire au prince charmant. Et ce n’est pas l’arrivée des beaux jours, avec ses couchers de soleil ultra romantiques et ses oiseaux qui chantent, qui risque de nous aider à garder les pieds sur terre.

A la recherche du prince charmant

Pourtant, une fois que l’on a rencontré l’homme parfait (ou presque), on a souvent tendance à freiner inconsciemment, généralement par peur de souffrir. Et oui, alors que l’on entend régulièrement dire que les hommes sont normalement ceux qui ont le plus de mal à s’engager dans une relation, il faut se l’avouer : Ce fléau touche également un bon nombre de femmes. Avec cet article, j’ai envie de vous montrer que, heureusement, il existe des solutions pour soigner celles qui ont aujourd’hui peur d’aimer.

Une peur qui ne date souvent pas d’hier. Avant de comprendre comment lutter contre une peur de s’engager dans une relation amoureuse, encore faut-il comprendre pourquoi cette peur est présente. Pour beaucoup d’experts, la peur panique de se laisser tomber amoureux trouve aujourd’hui sa place dans le fait que le nombre de divorces est largement en hausse dans notre société.

Il faut en comprendre que de nombreuses romances sont aujourd’hui vouées à l’échec et connaîtront une fin pas forcément très heureuse. Autant dire que le romantisme en prend un sacré coup. Dans de nombreux cas, la peur de s’engager dans une relation est ainsi une conséquence d’un traumatisme vécu.

Alors que l’on a vu des personnes de son entourage se séparer, comment ne pas penser que sa propre vie mènera à un amour éternel ? Mais ce n’est pas tout, l’angoisse d’éviter l’engagement en amour peut aussi avoir sa source en l’idéalisme ou le perfectionnisme d’une personne. Certaines d’entre nous ont en effet tendance à penser que leur histoire d’amour devrait les mener directement au conte de fées qu’elles ont toujours imaginé et, forcément, la déception est alors régulièrement au rendez-vous, provoquant dès lors un blocage qui s’accentue au fil des rencontres…et des romances manquées.

Enfin, d’autres personnes, très indépendantes de nature, ont simplement peur de se sentir prisonnieres au sein d’une relation de couple et ont donc tendance à fermer la porte avant même d’avoir pu donner la clé de leur cœur à l’autre personne impliquée dans cette histoire.

Le changement, c’est maintenant.

La première chose à faire pour vaincre cette peur, c’est avant tout de se fixer des objectifs progressifs, en prenant position dans des situations ou des discussions que vous auriez évitées auparavant. Jour après jour, forcez vous à agir un peu, sans trop réfléchir car “la réussite est dans l’action”. Pas la peine de vous lancer directement dans une discussion sur le mariage ou les enfants avec votre petit-ami, mais essayez de vous projeter dans l’avenir, en parlant ensemble et en trouvant des compromis pour vous rassurer mutuellement.
Aussi, il est important de lâcher prise et de choisir d’avancer.

La volonté de laisser vos doutes derrière vous pour profiter à fond des moments partagés avec votre conjoint est capitale pour vous aider à prendre confiance en vous, en votre histoire et en votre homme.En mettant ces quelques ingrédients en pratique, on en arrive à ne plus se demander à quel point on est engagé (ou non) dans une relation et on se laisse bercer par les moments de partage à deux, ceux qui construisent l’avenir.

Il n’y a qu’à voir l’exemple de la mannequin britannique Liv Boeree et de son amoureux Igor Kurganov pour savoir que ça marche : le couple qui s’est formé en 2014, ne fait que partager des moments de jeu et de détente sur les réseaux sociaux, comme si aucune tension ou discussion houleuse ne venait perturber son quotidien. Et pourtant, tout laisse à croire qu’ils doivent gérer pas mal de pression et de stress, à deux comme individuellement.
Pour vivre heureux, vivons simplement, sans trop nous poser de questions. C’est sûrement ça, la solution !

J’ai 23 ans, toutes mes dents et le clavier collé aux doigts. Ici, je parle de tout ce qui me passe par la tête en espérant transmettre des choses sympas aux curieuses que vous êtes !